Origine et sources : Qu’est-ce qu’une “Terre de Diatomées” ?

Catégorie :

Qu’est-ce qu’une “Terre à Diatomées ou Diatomite” ?

Reconnues comme des roches sédimentaires, les terres à diatomées sont formées par l’accumulation en milieu aquatique de carapaces siliceuses finement structurées de micro-organismes : les diatomées

D’autres termes comme “diatomite” ou “kieselguhr” désignent ces roches légères, peu consolidées et de couleur claire principalement constituées de fins débris de diatomées.

Qu’est-ce qu’une “Diatomée” ?

Les diatomées sont des algues unicellulaires de la famille des bacillariophycées se développant en milieux aquatiques, lacustres ou marins sous des formes qui peuvent être fixées au substrat “benthiques” ou flottantes “planctoniques”.

Leur anatomie se compose d’une membrane externe, d’une carapace siliceuse ou “frustule” et d’une cellule membraneuse. D’un point de vue morphologique, on distingue les formes penniques à symétrie axiale et les formes centriques à symétrie radiale. Plus de 12 000 espèces sont actuellement recensées avec une taille pouvant varier de 5 μm à 1 mm mais le plus souvent comprises entre 50 et 150 μm.

Présentes au Jurassique, leur développement semble s’être accru de la fin du Crétacé au Quaternaire. Les gisements d’intérêt économique datent pour la plupart du Tertiaire.

Origine et formation des gisements

Les diatomées peuvent vivre en eaux douces, saumâtres et salées, on les trouve même dans les sols ou les mousses en présence d’humidité. Mais ce n’est que sous certaines conditions environnementales qu’elles prolifèrent. Les facteurs les plus favorables sont :

  • la limpidité des eaux et une faible profondeur pour l’éclairement nécessaire à leur activité photosynthétique ;
  • un milieu de sédimentation à faible énergie avec de très faibles apports détritiques ;
  • une température basse, l’altitude ou les refroidissements climatiques leur conviennent parfaitement ;
  • la présence de dioxyde de carbone, d’éléments nutritifs mais surtout l’abondance de silice soluble indispensable pour la formation des frustules ;
  • l’absence, en revanche, de substances inhibitrices de croissance comme certains sels solubles…

Lorsque toutes ces conditions sont réunies, les frustules siliceux peuvent sédimenter à des rythmes pouvant varier de quelques millimètres à plus de 2 centimètres par an.

           

Quelques exemples de gisements

Deux grands types de gisements ont été recensés :

  • les gisements marins liés à des zones côtières en relation avec des mécanismes de remontées de courants froids (upwelling) ; (Beige)
  • les gisements continentaux associés à des dépressions lacustres plus ou moins étendues souvent en contexte volcanique. (Grise)

Extraction et traitement

Compte tenu de leur caractère peu consolidé, les diatomites sont le plus souvent exploitées à ciel ouvert à l’aide d’engins conventionnels (pelles hydrauliques, chargeuses, camions…).

Les équipements sont généralement de taille modeste pour assurer une certaine sélectivité dans les gisements comportant des alternances de couches à diatomées avec des niveaux sédimentaires non valorisables. Il existe encore quelques exploitations souterraines en Chine et l’exploitation sur le Lac Myvatn en Islande est réalisée par dragage.

Une fois extraites, les diatomites sont acheminées vers l’usine pour subir des traitements dont la nature varie selon leur degré de pureté et leur domaine d’application. Séchage, broyage et sélection constituent les étapes inévitables pour éliminer l’humidité naturelle et les matières organiques. Les techniques de broyage utilisées ont pour but de diviser la matière sans pour autant détruire la structure des diatomées à l’origine de leur propriété en termes de porosité. Outre l’obtention de fuseaux granulométriques déterminés, le cyclonage permet aussi d‘éliminer certaines impuretés comme les cendres volcaniques. Les produits naturels ainsi obtenus peuvent être commercialisés ou subir d’autres traitements tels que la calcination avant d’être conditionnés.

Les produits calcinés doivent être soumis à un nouveau cycle de broyage et sélection pneumatique afin d’obtenir les distributions granulométriques adaptées aux applications de la filtration ou des charges minérales auxquelles ils sont destinés.

Le conditionnement est la dernière étape de préparation des produits avant leur expédition chez les clients avec deux principaux modes d’expédition : sacs sur palettes et vrac en camions ou wagons-citernes. Depuis peu nous commercialisons en petits conditionnements sur Internet la terre de diatomées.

Productions mondiales et nationale

La production mondiale de diatomite s’élève à 1,8 Mt par an de matières sèches ou calcinées commercialisables (abstraction faite des terres de Moler danoises, mélange de diatomées
et d’argiles plastiques). En tête des pays producteurs, les Etats-Unis et la Russie dont est originaire la diatomée commercialisée sur ce site.