Terre de diatomées : l’or de la Lande

Catégorie :

Le Parc naturel de Südheide : Terre de diatomées, l’or de la lande.

L’or de la lande

Les nombreuses fosses de diatomées le long du chemin témoignent de l’histoire minière de la région. Mais il faut y regarder de plus près, car la nature a depuis longtemps reconquis les plus grands espaces : des étangs proches de la nature ou d’anciennes carrières qui existaient déjà avec la forêt. Il en résulte un changement intéressant des eaux avec des biotopes humides adjacents et des endroits sablonneux et secs. Ces derniers disposent de vastes landes et de pelouses de broussailles, qui alternent avec des forêts de bouleaux clairsemées et des peuplements de pins.

Les landes de la lande d’Oberoher Heide sont régulièrement pâturées par un troupeau de moutons de bruyère originaire de Niederohe. La reconquête de la nature s’observe très clairement dans les carrières. Même la croissance dense des pins rend souvent difficile la visibilité des fosses. Dans le paysage ouvert, seule une partie de la zone d’extraction est encore visible aujourd’hui. D’autres carrières sont situées dans les forêts environnantes.

Terre de diatomées

Le terme gur (de ferment) était autrefois utilisé pour décrire une “masse humide fermentant à partir de la roche“. La terre de diatomées a été formée par le dépôt de petits restes microscopiques de coquilles fossiles de diatomées, qui vivaient dans les eaux il y a plusieurs centaines de milliers d’années pendant les périodes interglaciaires. Des couches sédimentaires de plusieurs mètres d’épaisseur ont été formées à partir des dépôts. Ces couches formaient à l’origine le fond des eaux.

Au cours de la période suivante, ces couches ont été recouvertes de sable. Les restes de coquille fossile des diatomées sont principalement constitués de dioxyde de silicium et ont une structure très poreuse. Cela permet au matériau d’absorber des quantités relativement importantes d’humidité. Il en résulte de nombreuses utilisations industrielles qui ont conduit à l’extraction de terre de diatomées dès le XIXe siècle.

Lorsque la terre de diatomées a été découverte par hasard lors du forage d’un puits en 1836 près de Niederohe, les fermes étaient encore très éloignées au milieu de vastes zones de bruyères. Un chimiste de Lunebourg, à qui on a envoyé un échantillon de cette terre blanche, a dit avec mépris : “cela ne vaut rien”.

Ils ont même essayé d’utiliser la farine blanche pour faire des crêpes, dont on disait qu’elles étaient très difficiles à digérer et non comestibles.

A quoi servait la terre de diatomées ?

Les utilisations possibles du gur n’ont été reconnues que quelques années plus tard. Le marchand Berkefeld, fondateur de l’usine de filtration de Celle, a acquis une partie des gisements et a ouvert sa première usine à Niederohe en 1869. Vers 1930, il y avait au total six œuvres dans la région d’Unterlüß.

La terre de diatomées a maintenant trouvé une application polyvalente, par exemple dans la production de filtres à eau potable, pour le stockage sûr de la nitroglycérine, pour la clarification dans la production de bière et de vin, et pour les agents de nettoyage, les poudres et les pâtes.

La terre de diatomées était recouverte de gravier et de sables de la dernière période glaciaire avec une épaisseur de 4 à 10 mètres. Cela a permis d’exploiter des mines à ciel ouvert.

Les dépôts de kieselguhr sont divisés en trois couches de dépôt :

  • Le “Gur blanc” est la couche supérieure. Il est également stocké dans des endroits directement sous la surface de la terre. De trois à cinq pour cent, il contient très peu de composants organiques. Dans les premières années, seul le gur blanc était extrait.
  • Plus tard, les composants organiques ont été retirés du “gur gris” par incinération. Par conséquent, la couche la plus basse, le “gur vert”, pourrait également être dégradée.
  • Le “gur vert” contenait la plus forte proportion de composants organiques et se trouvait dans la zone de la nappe phréatique.

Un problème environnemental majeur dans l’extraction de la terre de diatomées était l’eau souterraine qui s’est accumulée dans les fosses. Le déversement de l’eau de mine extrêmement acide dans le Sothriethbach, autrefois riche en poissons, l’a transformé sur de longues périodes en eau morte. L’odeur piquante des vapeurs d’acide sulfurique s’échappant des hangars en feu a également causé une nuisance à la population de la région environnante.

Bien entendu l’exploitation de ces carrières à depuis fort heureusement cessé.