Effet de la terre à diatomées sur la production et la qualité des œufs

Catégorie :

Résumé

L’efficacité de la terre de diatomées (terre de diatomées) comme traitement contre les parasites et pour augmenter l’efficacité alimentaire et la production d’œufs des poules pondeuses élevées en libre parcours en élevage biologique a été évaluée dans deux races de pondeuses commerciales [Bovan Brown (BB) et Lowmann Brown (LB)] qui diffèrent dans leur résistance aux infections parasites internes. La moitié des poules de chaque race ont été nourries avec de la terre de diatomées (2 %).

Leurs charges parasitaires internes ont été évaluées par des dénombrements bimensuels d’œufs fécaux (FEC) et par un examen post-mortem du tractus gastro-intestinal. La supplémentation en terre de diatomées dans l’alimentation des poules LB, la race la plus résistante aux parasites, n’a pas eu d’effet significatif sur leur charge en FEC et en parasites adultes.

Cependant, les poules BB traitées par terre de diatomées alimentaire présentaient une FEC de Capillaria significativement inférieure, une FEC d’Eimeria légèrement inférieure, moins d’oiseaux infectés par Heterakis et une charge de vers Heterakis significativement inférieure à celle des poules BB témoins. Les poules BB et LB nourries avec le régime contenant de l’terre de diatomées étaient significativement plus lourdes, pondaient plus d’œufs et consommaient plus d’aliments que les poules nourries avec le régime témoin, mais l’efficacité alimentaire ne différait pas entre les deux traitements diététiques. De plus, les poules BB consommant le régime terre de diatomées ont pondu des œufs plus gros contenant plus d’albumine et de jaune d’œuf que les poules consommant le régime témoin. Dans une expérience subséquente, l’efficacité de la terre de diatomées dans le traitement d’une infestation d’acariens de la volaille du Nord (Ornithonyssus sylviarum) a été testée.

 


Par rapport aux témoins, le nombre d’acariens a été réduit d ? chez les deux races de poules qui ont été saupoudrées de terre de diatomées.

Les résultats de cette étude indiquent que la terre de diatomées a le potentiel d’être un traitement efficace pour aider à contrôler les parasites et à améliorer la production de poules pondeuses élevées en élevage biologique et en liberté.

 

INTRODUCTION

Les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par la production sûre et éthique de leurs aliments. La demande de produits d’origine animale biologiques, y compris d’œufs de volaille biologiques, est en constante augmentation

Cela a conduit à une augmentation de la production de volailles élevées en plein air .

Dans la production biologique de volaille, les normes interdisent l’utilisation de produits chimiques synthétiques et exigent que les oiseaux aient accès à l’extérieur. Cependant, la production de volailles en plein air présente un risque plus élevé d’infections parasitaires (Permin et al., 1999).

En agriculture biologique, l’utilisation systématique de médicaments prophylactiques n’est pas autorisée. De lourdes charges de parasites externes et intestinaux peuvent avoir des répercussions sur la santé des poules, comme une diminution du gain et de la croissance pondérale, une diminution de la production d’œufs, une augmentation de la mortalité et peut-être de l’anémie (Reid et Carmon, 1958 ; Ruff, 1999 ; Permin et al., 2006). Par conséquent, une méthode efficace et sûre est nécessaire pour le traitement des parasites dans la production animale biologique.

Un des traitements proposés pour lutter contre les parasites externes et internes consiste à ajouter de la terre de diatomées (terre de diatomées ; Macy, 2000) à l’alimentation des animaux de production (Canadian Organic Growers, 2000).

La terre à diatomées dont la composition en silice cristalline est inférieure à 7 % est généralement reconnue comme un additif alimentaire sécuritaire au Canada et aux États-Unis (Fields, 2000).

Pour la lutter contre les parasites internes, la terre de diatomées est souvent présentée dans les témoignages et les allégations de produits comme étant efficace et sans danger pour le bétail, mais peu de recherches scientifiques ont été effectuées pour en juger l’efficacité. Il a été suggéré que la terre de diatomées pourrait fournir des oligo-éléments qui aident l’hôte à faire face aux charges parasitaires (McLean et al., 2005). L’utilisation de la terre de diatomées pour lutter contre les parasites internes chez les ruminants a donné des résultats mitigés (Fernandez et al., 1998 ; McLean et al., 2005) et aucune recherche n’a été effectuée pour évaluer son efficacité chez la volaille.

Il a également été affirmé que l’alimentation des poules pondeuses avec de la terre de diatomées peut accroître l’efficacité alimentaire et la production d’œufs (Eshleman, 1966).

 

DISCUSSION

Cette étude a testé l’affirmation selon laquelle l’alimentation des poules pondeuses avec de la terre de diatomées peut augmenter la résistance aux parasites internes, l’efficacité alimentaire et la production d’œufs. Deux races de poules commerciales (BB et LB), élevées dans le cadre d’un système de gestion biologique en libre parcours, ont reçu un régime alimentaire contenant 2 % de terre de diatomées pendant la saison de ponte.

Comparativement aux poules témoins BB, les poules LB témoins présentaient une FEC plus faible pour la plupart des parasites internes détectés, ainsi qu’un moins grand nombre d’oiseaux infectés et une charge de vers plus faible lors de l’examen post mortem. Cette constatation est conforme aux observations antérieures selon lesquelles les poules LB sont génétiquement plus résistantes aux parasites que plusieurs autres races commerciales et indigènes examinées (Permin et Ranvig, 2001 ; Gauly et al., 2002, 2008). La supplémentation de 2 % en terre de diatomées dans l’alimentation des poules LB n’a pas eu d’effet significatif sur leur FEC et leur charge parasitaire adulte. D’autre part, les poules BB traitées par terre de diatomées alimentaire présentaient une FEC de Capillaria significativement inférieure, une FEC d’Eimeria légèrement inférieure, moins d’oiseaux infectés par Heterakis et une charge de vers Heterakis significativement inférieure que les poules BB témoins. Chaque paramètre individuel n’est peut-être pas solide, mais ensemble, ils fournissent des preuves convaincantes. Nous concluons donc que l’effet de la terre de diatomées sur les parasites internes n’était pas robuste. Elle n’a pas amélioré la résistance chez les oiseaux génétiquement plus résistants, mais peut aider les oiseaux moins résistants à réduire leur charge parasitaire.

Nous avons également confirmé que l’terre de diatomées est efficace pour lutter contre les acariens de la sauvagine du Nord dans BB et LB lorsqu’il est appliqué à l’extérieur.

Il est intéressant de noter que les poules nourries avec des suppléments en terre de diatomées ont maintenu leur poids biologique pendant toute la saison de ponte, tandis que celles qui suivaient le régime témoin ont vu leur poids biologique diminuer. On en a trouvé plus chez les poules BB que chez les poules LB. En plus d’avoir une pondre plus lourde, les poules supplémentées en terre de diatomées consommaient 8 ± 2 g/poule par jour de plus et pondaient des œufs plus gros et de meilleure qualité, avec une production de 92% de poules par jour, contre 81% pour les poules témoins pendant la saison de ponte.

Il n’est pas rare que les poules élevées en plein air perdent du poids lorsqu’elles commencent à pondre, surtout lorsqu’elles ont été déplacées vers une nouvelle zone pour la saison de ponte. L’augmentation de l’ingestion de sol (estimée à 14-32 g/j pour les poules élevées en liberté ; van der Meulen et al., 2008) pourrait être une source importante de diluant nutritif. van der Meulen et al (2008) ont rapporté que les poules ont augmenté leur consommation alimentaire en réponse à la quantité croissante de sable dans leur alimentation.

Cette compensation leur a permis de maintenir leur production d’œufs et leur poids, mais le gain d’eau biologique était encore compromis. Il n’est pas clair comment la terre de diatomées pourrait aider les poules à maintenir leur production d’œufs et à améliorer leur production d’œufs. Les poules nourries avec des suppléments en terre de diatomées ont consommé davantage et l’augmentation de la consommation d’aliments pourrait être un facteur important. Il est possible que la terre de diatomées offre des oligo-éléments essentiels ou améliore l’absorption des nutriments. La terre de diatomées est constituée de 86 à 94 % de silice, le reste contenant de l’alumine, du calcium, du phosphore, du sodium, du potassium, du magnésium, du fer, du soufre et d’autres éléments traces (Korunic, 1998 ; Mclean et al., 2005).

L’utilisation de suppléments d’argile absorbante sous forme de phyllosilicates, comme la bentonite et la kaolinite, s’est avérée avoir certains avantages directs chez la volaille en améliorant l’efficacité alimentaire (Quisenberry, 1967). Il a été suggéré que ces composés augmentent l’absorption des nutriments en ralentissant le passage gastrique (Quisenberry, 1967 ; Mallet et al., 2005). Par conséquent, la terre de diatomées ralentit peut-être aussi le passage gastrique et peut augmenter l’absorption des nutriments qui peuvent empêcher la perte de poids chez les poules pendant la production élevée d’œufs.

En nous basant sur le prix actuel des œufs de table biologiques, le coût des aliments certifiés biologiques pour la volaille et le coût du supplément en terre de diatomées en équilibrant l’augmentation du coût des aliments et l’augmentation des ventes d’œufs, nous avons estimé que l’ajout de la terre de diatomées dans l’alimentation des poules BB et LB a augmenté leur rentabilité de 0,06 € par jour et celle des poules LB de 0,03 € par jour.

REMERCIEMENTS

Cette recherche a été financée par le ministère de l’Agriculture et des Terres de la Colombie-Britannique (Victoria, Colombie-Britannique, Canada) et administrée par le Speciality Birds Research Committee de l’UBC.


Traduction de Poultry Science, Volume 90, numéro 7, 1er juillet 2011, pages 1416-1426